09/09/2008

JOUR J, mon réveil

Quand j'ouvre les yeux, je suis dans la salle de réveil. Je suis donc vivante ! Quel bonheur ! sallesspiavron[1]

J'entends une dame dire sur un ton un peu énervé : "oui, oui, elle, on la remonte". Que s'est-il passé ? Elle en a après moi ? J'ai peut-être été désagréable pendant mon sommeil. Je ne veux rien savoir Embarassé. Je me rendors (ce n'est pas difficile).

chambreavron[1] Quelques minutes plus tard, j'arrive dans ma chambre. J'ouvre à nouveau les yeux et peux apercevoir mon mari et ma fille qui m'attendent devant la porte. Ils sont là. Je suis là moi aussi. Il est 13:40.

Le brancardier m'installe. Mes amours me rejoignent. "Alors, comment tu vas ?"

Je ne m'étais pas posé la question. Je sais que je suis heureuse. Je suis vivante et j'ai dû être opérée car j'ai mal partout. Au ventre bien entendu. Mais surtout à la gorge. Et je ressens comme des courbatures dans tout le corps. Ca a dû être la guerre en bas. Une sacrée bataille en tous cas !

J'ai le temps de dire bonjour à ma voisine. Elle a l'air d'aller mieux que la veille. Nous papoterons plus tard. Je demande à ma fille comment ils ont occupé le temps. Ils sont allés se promener dans Paris. Bâteau mouche et quartier latin où ils ont mangé dans une crêperie. Ca va, ils ont bien passé le temps. Ma fille est sereine. Quelle belle journée !

J'essaie de discuter un peu avec mes 2 anges. Mais devant ma fatigue, nous décidons ensemble qu'il est temps pour eux de rentrer. Qu'ils soient tranquilles, je vais bien.

Un peu plus tard, je demande à l'infirmière s'il est possible de boire un peu d'eau car j'ai très mal à la gorge. L'anesthésiste qui vient de passer m'y a autorisée. L'infirmière est surprise mais me donne un fond de verre d'eau. Je bois. Ca fait mal. Et, dans la seconde, je vomis. Du sang ! Je sonne. L'infirmière me débarasse et me dis que c'est normal. C'est beaucoup trop tôt. Aucun doute, j'ai bien été opérée de mon estomac. Que ma nouvelle vie commence...

La fin de l'après-midi va se dérouler gentiment, dans la brume. Je n'en ai d'ailleurs pas gardé d'autre souvenir.

 

Je suis heureuse.

12:57 Écrit par Christine dans Santé Gastrectomie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : que du bonheur |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.