26/02/2009

Viva Espana

mapa_situ[1]

Je suis aux anges. Du 9 au 13 avril prochains, je vais participer à un open international de pétanque en Espagne.

J'ai hâte d'y être. Au programme : Fiestas, parties de pétanque, ballades, baignades ... Le tout accompagnée de mon mari et d'amis. Ca ne va être que détente et loisirs.

Seul petit hic, c'est pendant les fêtes de Pâques et ma fille ne sera pas avec nous. Ca va être la première fois que nous serons séparées par tant de kilomètres et pendant une période festive. Elle me rassure en me disant qu'elle va sur 19 ans, qu'elle peut rester seule et qu'il y aura son chéri. Certes !

Tahiti_Playa_piscina[1]

Je vais donc essayer de ne pas culpabiliser. Mais c'est pas facile. Heureusement, aujourd'hui il y a les portables !

VIVA ESPANA...

F-348[1]

02:47 Écrit par Christine dans Loisirs - Pétanque | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : espagne, open |  Facebook |

09/01/2009

La France Championne du Monde 2008

france_wf_mw[1]
Pétanque : la France championne du monde !france_wf_mw[1]


Le sport tricolore se porte bien. Bien loin de son Sud natal mais toujours sous le soleil, le 44ème championnat du monde de pétanque s'est déroulé le 16 novembre à Dakar, au Sénégal. Grande favorite, la France s'est hissée sur la première marche du podium suivie de la Thaïlande et la Belgique.

C'est avec un score sans appel (13-0 contre la Thaïlande) que la France a remporté le 44ème championnat du monde de pétanque, qui se tenait pour la première fois en Afrique subsaharienne. L'entraineur de l'équipe de France, François Quintais, s'est dit "très fier" de ses joueurs.

 vignette1428[1]

En tir de précision, le Marocain Abdel Mankari a remporté l'or, dépassant le Sénégalais François Ndiaye (39 mètres contre 33), alors que ce dernier avait pourtant battu le record du monde en demi-finales en atteignant les 64 mètres.

Quatorze pays africains (sur 59 nations représentées) ont fait leurs preuves lors de cette compétition. Le niveau du continent dans cette discipline, née en Provence en 1907, est plutôt bon : le Maroc, le Sénégal et le Burkina ont raflé les trois premières places du concours de tir de précision ; Madagascar et le Maroc se sont hissés en quart de finale. De belles performances donc sur un continent où le prix des boules reste un frein à la pratique. Les boules les plus performantes - un lot de trois - peuvent coûter jusqu'à 120 ou 130 euros" précise Alpha Camara, secrétaire général de la Fédération guinéenne de pétanque.

D'après le médecin de la Fédération Internationale de Pétanque et Jeu Provençal (FIPJP), les tests anti-dopage et les 38 contrôles d'alcoolémie effectués sur les joueurs lors de la compétition n'ont révélé aucune infraction. Qui a dit que pétanque rimait avec pastis ?

 images[1] (2)

Lexique

Pour mieux comprendre mon sport

Distance : en catégorie senior le jeu doit se dérouler entre 6 et 10 m.
Le terrain : la pétanque se pratique sur tous les terrains. La plupart du temps en compétition, des "cadres" (un cadre est un terrain sur lequel doit se dérouler une partie) sont tracés ; les dimensions officielles sont alors de 15 m de longueur pour 4 de largeur, et a minima de 12 m sur 3.
Le cercle (de lancer) : c'est un rond, tracé sur le sol, dans lequel le joueur doit se tenir pour lancer sa boule. Son diamètre est compris entre 35 et 50 cm.

Rond[1]

Début de la partie : l'équipe qui gagne le tirage au sort trace le cercle, lance le but et la première boule.
Déroulement : une équipe lance ses boules tant qu'elle en a, et tant qu'elle ne fait pas mieux que l'adversaire. Lorsqu'une équipe reprend le point (une boule de l'équipe est la plus proche du but), c'est à l'équipe adverse de jouer, si elle a encore des boules.
Décompte : lorsque l'ensemble des boules sont lancées, on comptabilise toutes les boules d'une équipe qui se trouvent plus près du but que la plus proche des boules adverses.
Fin de la partie : une partie se joue en 13 points, éventuellement en 11, pour les parties de poules.

 

La donnée : zone d'impact au sol de la boule pointée. La recherche d'une bonne donnée est primordiale sur des terrains difficiles.
Porter, Plomber ou Envoyer : pointer en lançant la boule très haut, afin qu'elle roule le moins possible en retombant sur le sol.
Faire rouler : pointer en lançant la boule assez près du cercle de lancer.
Jouer une boule nature : jouer la boule sans lui donner d'effet.
Tirer au fer : lancer une boule directement sur la boule visée. Il s'agit de la façon "classique" de tirer.
Tirer à la raspaille (ou à la rafle), raspailler : contraire du tir au fer, la boule roule avant de toucher la ou les boules visées.
Faire un carreau : terme employé quand il y a "tir au fer". La boule de tir lancée reste dans un rayon maximum de 50 cm (indicatif) autour de l'impact.
Faire un trou : tirer à côté de la boule visée (c'est un tir raté).
Faire un écart, un crochet : faire un trou en tapant trop à gauche ou trop à droite.
Faire une casquette : frapper une boule sur sa "tête". La boule cible reste à sa place ou bouge très peu.
Tirer sur l'oreille : frapper une boule sur le côté, de façon à la faire partir de travers.
Avoir un contre : tirer la bonne boule, mais de telle façon que celle-ci ou la boule jouée va percuter une boule de sa propre équipe.

 

Pointer : lancer la boule pour la rapprocher le plus possible du but. 
Tirer : lancer la boule afin de chasser une boule adverse. En règle générale, la boule tirée est perdue, sauf en cas de carreau ou de palet.
Avoir le point : posséder la boule (ou plus) mieux placée que celles des adversaires.
Reprendre le point : placer une boule en faisant mieux que l'adversaire qui avait le point.
Devant de boule : se placer devant une boule adverse en s'y collant. Ceci est gênant pour l'adversaire car ce sont des boules difficiles à tirer.
Faire un bec : heurter une boule déjà placée pour faire dévier la sienne vers le but. 

02:48 Écrit par Christine dans Loisirs - Pétanque | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lexique |  Facebook |

Tu tires ou tu pointes ?

Pointer à la pétanque : les bases devant_de_boule[1]

Pour pointer, deux positions existent : debout et accroupi. La position est propre à chaque joueur, il vous faut alors choisir celle où vous êtes le plus à l'aise et où vous pourrez jouer vos boules sans perdre l'équilibre. La boule se lance sous la main. Le pointeur la tient dans le creux de sa main, et c'est le dos de la main qui se présente d'abord...

Cette position de la main permet, entre autres, de donner à la boule un certain effet contraire qui lui permettra de mieux se placer en fonction de l'état du terrain : l'effet rétro. Notons malgré tout que le joueur, très souvent, vise en présentant la boule sur la main, avant de retourner celle-ci et de lancer sous la main.

Quelque soit la position adoptée, il ne faut lâcher la boule que le bras tendu. En règle générale, le pointeur reste debout, les genoux à peine pliés et effacés sur la gauche (pour un droitier), de façon à laisser la place au bras droit qui doit être vertical : l'oeil, le but, la boule et l'articulation du bras qui la tient doivent former un même plan (attention à ne laisser aucun objet dans votre poche qui pourrait heurter votre bras lors du mouvement de balancier et dévier la trajectoire de votre boule).

Comme au tir, une certaine concentration est de rigueur. Aussi, ne vous laissez pas déconcentrer par l'environnement ou vos adversaires qui ne devraient normalement pas parler ou se déplacer à ce moment-là (cette règle vaut aussi bien pour les grands concours que pour les parties amicales). Mais avant cela, n'hésitez pas à prendre votre temps et vous déplacer sur le terrain afin d'examiner et de comprendre ce dernier : duretés, consistances, inclinaisons, etc.

Si vous ne pointez pas en premier, profitez-en pour observer les données empruntées et les difficultés rencontrées par les boules de vos adversaires et/ou coéquipiers afin d'en tirer profits ! Ensuite, à vous de jouer... Vous trouverez rapidement vos automatismes après plusieurs parties et entraînements.

La roulette

La roulette consiste à lancer la boule très bas et la faire rouler dès les premiers mètres parcourus et ce jusqu'au but.

Technique relativement facile et très efficace sur terrain plat et roulant mais plus qu'aléatoire ailleurs.

La demi-portée

La demi-portée consiste à lancer la boule à mi-hauteur et lui faire parcourir ainsi plus ou moins la moitié de son chemin en l'air puis terminer sa course jusqu'au cochonnet en roulant. Plus la boule est jetée haut, moins elle roulera après l'impact du sol.

Technique que l'on retrouve le plus souvent sur la plupart des terrains.

La portée (plomber)

La portée consiste à lancer la boule relativement haut et lui faire parcourir ainsi la quasi totalité de son chemin en l'air avant d'atterrir et de se stopper près du cochonnet.

Technique assez difficile mais redoutable une fois maîtrisée. Parfaite pour les terrains sableux, elle peut être également combinée avec un effet rétro pour les autres types de sols.

 

Tirer à la pétanque : les bases

petanque[1]

Le tir est souvent le geste le plus spectaculaire. Trois facteurs influent principalement sur sa réussite : concentration, dextérité et puissance. A noter qu'une bonne condition physique s'impose pour assurer adresse et concentration. Aussi, plus vous tirez fort moins vous aurez de précision...

Concentration

La concentration est très importante, ne vous laissez pas déconcentrer par l'environnement ou par vos adversaires qui ne devraient normalement pas parler ou se déplacer à ce moment-là que ce soit des compétiteurs ou amateurs. Ne tirez pas si vous n'êtes pas 100% prêt, la pétanque est un jeu de patience.

Dextérité

Tirer est un véritable «savoir-faire» qui s'acquiert avec l'entraînement et l'expérience. Chaque personne doit trouver son geste idéal en essayant diverses positions et combinaisons.

Puissance

Attention toutefois à ne pas tirer excessivement fort afin de bien maîtriser son geste et ne pas être déséquilibré durant son enchaînement.

Il n'existe qu'une seule position pour tirer : debout. On ne tire pas accroupi sauf cas exceptionnels. Si vous ne désirez pas passer pour un véritable novice devant les boulistes locaux de votre village ou quartier, et mettre de votre côté toutes les chances de réussir un carreau, bannissez alors le « tir à la rafle ».

Entraînez-vous à tirer plutôt 30 cm. devant la boule puis essayez de vous rapprocher de plus en plus jusqu'au « tir au fer ». Pour cela, trouvez une position stable et confortable. Ensuite, il vous faut trouver votre geste en contrôlant l'ampleur et la vitesse de l'effet balancier de votre bras afin d'envoyer la boule à la distance souhaitée. Balancez votre bras naturellement en allant bien chercher derrière puis devant mais sans forcer. La boule doit alors sortir dans le prolongement du bras. Les doigts ne doivent pas être tendus ou se crisper sur la boule. Prendre soins de tenir la boule centrée dans la paume de la main. Enfin, ne freinez pas votre geste et continuez votre mouvement de bras pour ne pas être déséquilibré au moment du tir et ne pas influer négativement sur la trajectoire de la boule.

Une fois votre posture et mouvement trouvés, essayez de garder toujours le même geste. Répété jusqu'à l'automatisme, il constitue la base essentielle de votre adresse.

Plusieurs exercices s'offrent alors à vous afin d'améliorer votre technique. Le tir à la sautée, que l'on peut très bien rencontrer en pleine partie, consiste à placer, à environ 10 m. de soi, deux boules séparées d'un espace à peine plus large qu'une boule et à essayer ensuite d'atteindre la boule placée derrière en sautant donc la première...

Un autre excellent exercice permet d'apprendre à bien lever son bras et donc la boule afin d'éviter d'être trop court et enlever de nombreuses chances de réussir un carreau. Placez les boules à tirer légèrement en hauteur à env. 10 cm. (sur un petit tas de sable par exemple).

images[1]

02:35 Écrit par Christine dans Loisirs - Pétanque | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tu tires ou tu pointes |  Facebook |

Qui n'a jamais embrassé Fanny ?

  "Embrasser" Fanny !

Les parties de pétanque se jouent en 13 points.
Lorsqu'une équipe malheureuse ne marque pas un seul point (13 à 0), ses équipiers doivent "baiser" Fanny.
Fanny était la muse des boulomanes, c'est à dire une jolie fille pas très farouche qui, selon la légende, moyennant une pièce de monnaie, acceptait de se faire embrasser une fesse afin de consoler les équipiers malheureux !
Elle est toujours représentée, dans chaque club de pétanque en photo ou en scupture, et ses fesses sont pudiquement cachées par un rideau.

29-01-06@17h021904179524[1]

 "Pour avoir joueur maladroit manqué de touche, tu devras au cul meilleur endroit, poser ta bouche"

 Ca arrive à tout le monde ; même aux meilleurs...!    boulerou[1]

01:44 Écrit par Christine dans Loisirs - Pétanque | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fanny, petanque |  Facebook |

07/01/2009

Mes grands débuts

Loisir, jeu, sport, peu importe ! Pour moi, c'est certain, c'est une passion qui a débuté il y a une vingtaine d'années (déjà!).

animated11_joueur2[1]

J'avais 18 ans et je jouais avec papa. Nous étions licenciés à Sarcelles et participions aux concours tous les samedis après-midi. Nous jouions ensemble en équipe doublette mixte. Malheureusement, le monde de la pétanque étant un monde très "macho" (il l'est encore aujourd'hui d'ailleurs même si les femmes entendent un peu moins maintenant de petites phrases assassines lancées par ces messieurs), mon père et moi ne pouvions espérer gagner des concours officiels ensemble puisque, mixte, notre équipe ne pouvait se qualifier. boulerou[1]

Par contre, lorsqu'il jouait en doublette ou triplette hommes, papa faisait de bons résultats et remportait souvent la victoire. Il rentrait donc avec la coupe ou encore un filet garni.

Quant à moi, à force d'entraînement et de motivation, je progressais rapidement. Je me souviens encore avec beaucoup de nostalgie de ce premier concours tête à tête féminin que j'ai perdu en finale. Lors de la dernière partie, les hommes s'étaient rassemblés autour de mon adversaire et moi-même et n'étaient pas avares de commentaires élogieux. Il faut dire que nous avons joué cette fois-là une partie endiablée où points et tirs s'enchaînaient. Mais j'ai malheureusement dû m'incliner lors de la dernière mène pour céder la partie avec le score de 12 à 13. J'étais évidemment déçue mais me souviens aujourd'hui encore de cette partie avec beaucoup de plaisir et d'émotion. Je regarde d'ailleurs régulièrement ma médaille remportée ce jour-là.

boule_tourne[1]Sinon, avec l'épouse du partenaire doublette de papa, nous formions une doublette féminine. Dommage, cette dame étant tombée malade, nous avons dû arrêter de jouer ensemble.

La vie m'a ensuite conduite vers le mariage. Les premiers temps, je continuais de jouer avec mon père pendant que mon mari (de l'époque) et maman nous attendaient gentiment et souvent ensemble (ils en profitaient pour faire les courses).  Puis ma maternité m'a finalement contrainte à faire une pause.

Et quelle pause puisqu'elle aura duré 18 ans !

boule_toc[1]

 

Ptites explications de base :

Doublette = équipe de 2 joueurs qui possèdent 3 boules chacun

Triplette = équipe de 3 joueurs qui possèdent 2 boules chacun

Tête à Tête = joueur unique qui possède 3 boules

Equipe «hommes» = composée de messieurs

Equipe féminine = composée de dames

Equipe mixte = composée de partenaires de sexe opposé

 

02:22 Écrit par Christine dans Loisirs - Pétanque | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : debuts, passion |  Facebook |

La Pétanque, ma passion


petanque[1] 

 

Définition : 

D'après le Petit Larousse Illustré la pétanque est définie ainsi : " jeu de boules originaire du midi de la France, dans lequel le but est une boule plus petite en bois, dite cochonnet, et qui se joue sur un terrain non préparé".

Le cochonnet (25 à 35 mm) est le centre de toutes les attentions au cours de la partie. Les autres boules sont généralement en métal d'un diamètre compris entre 705 et 800 mm et d'un poids allant de 650 grammes à 800. Pour marquer un point il faut approcher les boules au plus prêt du cochonnet. Pour y parvenir il faut pointer, ou tirer.

"Pointer", c'est jeter la boule avec adresse pour chercher à s'approcher le plus possible du bouchon et donc à "faire le point".
"Tirer", c'est jeter la boule avec plus ou moins de force afin de déloger la boule adverse qui a déjà le point. Tirer permet de gagner le point de plusieurs manières :
1. en chassant la boule adverse, une boule de l'équipe du tireur devient celle la plus proche du but.
2. le tireur ayant fait place nette autour du but, le pointeur de son équipe peut alors reprendre le point en plaçant sa boule.
3. cas de figure idéal, la boule du tireur déloge la boule adverse et prend dans le même temps sa place. Il s'agit du célèbre "carreau".

 

L'origine de la Pétanque


L'origine du jeu de boule remonte à l'Antiquité. Les Grecs s'en servaient dans leurs gymnases comme exercice de force. Quant aux Romains, ils en firent un jeu d'adresse et l'introduisirent en France lors de la conquête des Gaules.

 Juin 1910 : L'appellation "pétanque" nait au cours d'une partie disputée à La Ciotat. Un certain Ernest Pitiot permit à un ami, Jules le Noir pris de rhumatismes, de jouer sans se déplacer les pieds tanqués dans un cercle tracé sur le sol à 2 ou 3 mètres du cochonnet.

Une contraction du provençal "ped tanca" en "pétanque" (pieds joints) a donné le nom à ce sport. La pétanque est née.Elle a traversé les siècles et les outils du jeu ont subis plusieurs transformations pour devenir les boules que nous connaissons aujourd'hui. Cependant les principes du jeu n'ont pas pris une ride.

Vers 1920 :  les premières boules furent fabriquées et lancées sur le marché: J. Blanc en est l'inventeur attitré.

1930 : un mécanicien J. Blanc de St.Bonnet-le-Château eut l'idée de remplacer les anciennes boules en bois par des boulles métalliques (J.B.).

1955 : un fabricant de serrures, Frédéric Bayet, et son ami Antoine Dupuy, créèrent les premières boules en acier sous le nom "Obut". Ces deux marques restent parmis les plus Puis, il s'ensuivit une amélioration constante dans la fabrication des boules.

1969 : Le jeu de boule à connu des périodes difficiles pour sa pratique qui s'est vue interdite, car devant la concurrence des boules, les fabricants de paumes (ancêtre du tennis) complotent et obtiennent l'interdiction du jeu de boules.

A partir de 1988 : La pétanque effectua un important effort de médiatisation par la coloration des boules. Mises en couleur, ensuite testées en laboratoire et delà elles furent jugées bonnes, car elles ne présentaient aucune modification de leurs caractéristiques techniques.


 Fin du XIXième siècle :  le jeu de boule a été remis à la mode en Provence avec des boules cloutées en bois. 


Début du XXe siècle :  les parties se disputaient sur une distance de 15 à 20 mètres, par équipe de trois : pointeur, milieu et tireur. Pour tirer le joueur devait exécuter trois sauts successifs avant de lâcher la boule : c'est le jeu provençal.


Tout au long de l'année, dans tous les coins du monde la pétanque se pratique dans une ambiance amicale et c'est souvent l'occasion de bons souvenirs, de défis et de pastis

 

01:25 Écrit par Christine dans Loisirs - Pétanque | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : petanque, passion |  Facebook |