20/09/2008

Vendredi 19 septembre - Visite du 1er mois

Aujourd'hui j'ai rendez-vous avec le Docteur HOBEIKA pour ma première visite après l'opération. Nous sommes à J38.

Est-ce que j'y suis allée ? Bien entendu. En courrant même. J'avais hâte de lire sur son visage un signe d'encouragement ou de félicitation.

Evidemment, en me levant ce matin je me suis pesée. Ma balance m'annonce le poids de 109,600 kgs. Waouh, ça y est, encore une dizaine de passée. C'est le grand bonheur. Il aurait pu se passer n'importe quelle catastrophe au bureau ce matin que je n'aurais sans doute pas perdu le sourire.

MED_070C[1]

Imaginez donc cet après-midi pendant mon entretien avec le médecin :

Lorsque je suis arrivée, son assistante m'a demandé de monter sur la balance. Aïe, elles sont toujours méchantes les balances des médecins. Sauf celle-là ! J'ai rencontré aujourd'hui la plus extraordinaire des balances. Verdict : 107 kgs. Ce qui ferait une perte de poids de 17 kgs. Et oui, 17. La vache !!!

C'est donc avec grand plaisir que j'ai accueilli, dans son bureau, ce cher, ce très cher Monsieur Hobeika.

"Bonjour Madame. Alors, comment allez-vous ?" - "très bien". -"Pourquoi très bien ? parce que vous vous sentez mieux ? Alors votre poids aujourd'hui....      107 kgs. Ca fait moins 17 kgs. Moins 17 kgs ?!!! Ah oui, je comprends. C'est très bien 17 kgs".

J'accepte les compliments avec plaisir, puis s'entame une discussion qui ne durera pas très longtemps mais pendant laquelle j'ai le temps de poser mes questions dont voici les réponses :

- mon ronronnement quand je mange, c'est normal. Quand les aliments descendent dans l'estomac (dont le diamètre n'exède pas 2,5 cms rappelons-le), l'air qui n'a plus de place essaie de remonter le long des parois. D'où les ronrons.

- le hoquet quand je mange, c'est normal. Il suffit que je mange trop vite ou en faisant de trop grandes bouchées, les aliments touchent les parois de l'estomac qui se défendent. D'où le hoquet.

- je peux manger de tout mais en prenant mon temps et en mâchant excessivement bien.

- je ne dois plus faire six repas (encas). Seulement 3. Il faut désormais éviter les grignotages. Si je ressens de la faim, malgré tout je peux manger un morceau de fromage ou de fruit. Et je dois boire, de l'eau bien entendu.

- si je respecte les consignes il n'y a pas de raison pour que la perte de poids s'arrête. C'est dans les six premiers mois que les kilos devraient plus aisément s'envoler pour une autre planète. Ensuite, ce sera un peu plus lent jusqu'à ce que j'atteigne mon poids de forme. Et quand mon estomac aura retrouvé une taille quasi normale (il va se détendre), il aura été éduqué pour manger peu. A moi d'être vigilente et de ne pas le laisser réclamer outre mesure. Il ne faudra surtout pas succomber à sa tentation. Sinon, il y a toujours la solution du By Pass. Ah NON, NON, NON. Je n'en veux pas. Ce serait quand même dommage !!!

Au médecin de rajouter : "vous savez, lors de la visite du premier mois, je peux dire si l'opération sera une réussite. Sur deux personnes qui ont subi la même intervention chirurgicale, je sais pour laquelle nous obtiendrons le résultat escompté et pour laquelle nous vivrons un échec". Il ajoute alors (devant ma motivation et les premiers résultats encourageants) : "en ce qui vous concerne, je n'ai aucun doute, ça va marcher". Qu'ils sont doux à entendre ces mots !

Nous envisageons ensuite ensemble les suites qui vont être à donner sans délai.

- "Refaites-vous du sport ?" Non pas encore mais je l'envisage sérieusement. Je ne veux pas ressembler à une glace en cornet qui aurait passé trop de temps à la chaleur. (vous la voyez bien l'image ?) desserts-glaces-12[1]

Il ne me reste qu'à trouver quel sport. C'est encore trop tôt pour la piscine.200573599-001[1]

 

 

 
L'heure des défilés en maillot de bain n'a pas encore sonné. Je ne suis pas prête non plus pour le jogging.

 J'ai pensé par contre aux salles de sport, de remise en forme, où l'on passe 5 minutes sur chaque appareil. PAA131000061[1] 
 Mais c'est un peu (voire beaucoup) trop cher. Non, je crois que dans un premier temps je vais commencer par faire mes exercices à la maison. Plusieurs séries quotidiennes d'abdos devraient être un bon début. Je me souviens d'ailleurs comme je détestais écrire, allongée sur le dos, la date du jour avec les jambes tendues. Quelle horreur. Mais cette fois ce sera pour la bonne cause.

Je vais devoir désormais m'occuper de ce corps qui ne va plus me ressembler. J'ai d'ailleurs prévenu mon mari, pas plus tard qu'hier, qu'il allait devoir prévoir, outre un budget "vêtements" (bien que dans un premier temps je vais pouvoir ressortir bon nombre de ceux qui m'attendent depuis tant d'années, qui ne m'allaient plus et que j'avais rangés dans l'armoire en me disant à chaque fois "on ne sait jamais, si un jour je maigris"!), un budget "soins pour le corps".

 Je veux maigrir mais je ne veux pas vieillir ni flétrir. Je ne veux pas ressembler bientôt à un soufflet au fromage  13423864_p[1] cuit de la veille, qui aurait trop monté et qui, à la sortie du four, serait retombé en dégoulinant sur le tour extérieur du moule. (je la vois trop bien cette image) Criant

Notre entretien rempli d'échanges savoureux touche à sa fin. Je remercie MON médecin (je me le suis désormais approprié). Grâce à lui (bon, d'accord, un peu grâce à moi aussi. Mais beaucoup grâce à lui tout de même), ma vie va changer. Il apprécie la minute. Mais je ne peux m'empêcher de lui dire à quel point j'ai mal vécu les deux reports de date pour l'opération. Je lui précise que j'ai ressenti la deuxième annulation comme si j'étais dans l'oeil du cyclone Katrina. J'essaie de lui faire comprendre comme ça a été difficile. Il me demande de l'excuser et tente de s'expliquer. Je l'excuse sans effort. On n'en parle plus. Le meilleur est désormais devant.

Nous nous quittons donc. Rendez-vous dans six mois.

Au revoir Madame. Au revoir Docteur et merci encore. KS13920[1]

C'est le coeur léger que je sors de l'hôpital.

(Sacré après-midi. Trois heures de transport en commun   pour 10 minutes d'entretien avec MON médecin. Mais ce sont 10 minutes que je vais savourer et qui vont me guider pendant plusieurs semaines je crois. Que du bonheur !)

images[3]

 

 

03:46 Écrit par Christine dans Santé Gastrectomie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j38 moins 17 kgs |  Facebook |